Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • LA POSTE DU GRAND PONT NE DOIT PAS FERMER LE SAMEDI !

    Contre la fermeture du bureau de poste du Grand Pont le samedi matin, la pétition lancée par l'association « Familles Solidaires » a déjà recueilli 300 signatures. Une première rencontre avec la direction de La Poste s'est tenue le 14 octobre dernier. La délégation composée de représentants de « Familles Solidaires » et « l'amicale des locataires de la CNL » rend compte de cette réunion et  invite à poursuivre la mobilisation :

    -  en signant et faisant signer la pétition

    - en nous rassemblant devant le bureau de Poste du Grand Pont samedi 28 novembre à 10H avec toutes les pétitions signées pour les remettre aux responsables de La Poste.


    Notre délégation a exprimé les raisons pour lesquelles nous nous opposons à la réduction des heures d'ouverture, et notamment la fermeture pure et simple du samedi matin.

    Cette décision a été prise sans aucune concertation avec les usagers et nous a été annoncé par voie d'affichage. Si un dialogue s'est noué aujourd'hui, c'est parce que « Familles Solidaires » a organisé une pétition qui a d'ores et déjà permis à près de 300 personnes d'exprimer leur refus de voir leur service public affaibli. C'est cette mobilisation qui a obligé la direction de La Poste à ouvrir sa porte et à écouter nos doléances.

    Mais la direction de La Poste reste campée sur ses chiffres, faisant apparaître un nombre d'heures d'activités inférieur au nombre d'heures d'ouverture du bureau.

    C'est cette logique comptable qui a amené la direction de La Poste à réduire les horaires d'ouverture du bureau du Grand Pont.

    Nous contestons cette logique qui ne peut que détourner encore plus d'usagers de ce bureau et demain justifier pourquoi pas de nouvelles réductions voire la fermeture du bureau.

    Nous avons défendu au contraire la nécessité d'un bureau postal de plein exercice pour développer l'activité de services publics. Le projet d'un grand lotissement en dessous de la Marianne et la reconstruction de logements vers la cour carrée, conduit également à estimer un besoin accru du bureau de poste du Grand Pont.

    La période pendant laquelle le quartier est en cours de réhabilitation (ANRU) peut être une période de transition, entre le départ des locataires dont les logements sont détruits et l'arrivée de nouvelles habitations et de nouveaux habitants. Il n'est cependant pas juste de faire payer aux usagers actuels cette période de transition.

    L'ouverture du samedi matin est une demande forte des usagers ne pouvant pas se  rendre de toute la semaine au bureau de poste.

    Nous avons demandé à la direction de La Poste d'organiser une véritable enquête des attentes et des besoins des usagers du bureau du Grand Pont. Cela permettrait d'établir clairement les besoins et de travailler à une réponse satisfaisant pleinement les usagers.

    Enfin lors de la construction du quartier du Grand Pont, il y a quelques quarante ans de cela, la municipalité de Rive de Gier avait pris la décision de participer au financement du bureau du Grand Pont. Or c'est seulement il y a 5 ans que la direction de La Poste a décidé de reprendre la responsabilité du personnel du bureau du Grand Pont. Ne serait-il pas possible qu'une nouvelle concertation permette le maintien de ce service aux usagers ?

    La mobilisation doit se poursuivre et s'élargir pour :

    -         obtenir qu'une enquête sérieuse des besoins des usagers soit réalisé

    -         obtenir la réouverture du bureau aux horaires précédents et notamment le samedi matin

    -         obtenir à terminaison de la réhabilitation du quartier à un vrai bureau de Poste de plein exercice.


    Vincent BONY,

    Conseiller municipal

    de Rive de Gier


  • DEBAT MERCREDI 25 NOVEMBRE

    Mercredi 25 Novembre, à 18h30 à la Ruche des Citoyens de Rive de Gier, je participerai à un débat public intitulé :

    « Quel avenir pour notre vallée ? »

    Nous échangerons  à propos de l'actualité de l'emploi, des services publics, de l'industrie, de la réforme des collectivités locales, avec l'objectif de formuler une autre politique.

    Les participants annoncés sont

    - Jean CHAMBON, secrétaire régional de la CGT métallurgie

    - Christiane BUISSON, secrétaire de la CGT La Poste et Télécommunications

    - Vincent BONY responsable du PCF et conseiller municipal de Rive de Gier

    - Jean POINT, Président du groupe Gauche Citoyenne et Ecologiste de Rive de Gier


    J'aurai plaisir à vous y rencontrer.

     

    Vincent BONY,

    Conseiller municipal

    de Rive de Gier

     

  • ELECTIONS REGIONALES

    Les 14 et 21 mars prochain auront lieu les élections régionales. Dans les partis politiques, l'heure est donc à la préparation de ce scrutin qui va revêtir un double enjeu.

    Le premier de ces enjeux est de savoir quelles politiques régionales et quelle majorité politique vont choisir les électeurs de Rhône Alpes.

    Le second enjeu de ces élections régionales est qu'elles constituent un test national, puisque ce sera le dernier scrutin auquel tous les français seront appelés avant la prochaine élection présidentielle de 2012 (en 2011 la moitié des cantons seulement seront à renouveler, dont celui de Rive de Gier..).

    Depuis 2004, la région Rhône Alpes est gouvernée par une majorité de gauche, comprenant le PCF, le PS, le PRG, le PG et les Verts. Il semble que l'on se dirige au 1er tour vers trois listes qui au 2nd tour fusionneront entre elles: se préparent donc la liste du PS, celle des Verts et une liste « Front de Gauche » à laquelle, dans la continuité des élections européennes, je me rattache.

    Cette démarche « Front de Gauche » a pour objectif d'apporter à la construction d'une majorité de gauche, un engagement fort pour la défense du service public, l'orientation des moyens financiers au service du développement industriel et de l'emploi de qualité, l'approfondissement de la démocratie directe.. C'est aussi avec ce mouvement là que l'on peut faire grandir au cœur de la gauche les exigences sociales. L'unité de la gauche ne peut pas se faire en effaçant le débat en son sein. Je pense au contraire nécessaire dans ce type d'élection d'ampleur nationale à une expression pluraliste des courants constituant la gauche française.

    Est-ce que je m'éloigne de Rive de Gier en parlant de tout cela ? Je ne le crois pas, car les électeurs ripagériens, comme les autres, vont être appelés à choisir une majorité pour Rhône Alpes. Et les épreuves qu'endurent notre ville appellent justement, me semble-t-il, une gauche qui affirme son combat face aux ravages de la crise du capitalisme. Service public ? Voyons sa remise en cause avec la réduction drastique des heures d'ouverture du bureau de poste du Grand Pont. Emploi, industrie ? C'est toute la vallée qui est défigurée par les actionnaires des grands groupes ! Démocratie ? Je suis convaincu que notre commune regorge d'énergie malheureusement stérilisée par l'absence de démarche participative.

    J'ai hâte que cette campagne démarre..

     

    Vincent BONY,

    Conseiller municipal

    de Rive de Gier

     

  • HEP, TAXI !

    Bonne nouvelle pour les « seniors » de notre commune qui utilisent le dispositif taxis seniors. Le Conseil d'Administration du Centre Communal d'Action Sociale (CCAS) réuni ce mardi 17 novembre vient de décider de décloisonner l'utilisation des tickets taxis seniors. Jusqu'à présent, la validité de ces tickets était trimestrielle ou semestrielle. Lors d'une enquête de satisfaction, la demande d'élargir la période de validité de ces tickets avait été exprimé. Lors du dernier Conseil d'Administration du CCAS, j'avais suggéré d'annualiser la validité  des tickets. Je me réjouis qu'il ait pu en être décider aujourd'hui. La mobilité à tous les âges de la vie, c'est un droit !

    NB : nous avons aussi décidé d'acheter deux consoles de jeux Wii pour les maisons de retraite de l'Accueil et de l'Orée du Pilat..!

    Vincent BONY,

    Conseiller municipal

    de Rive de Gier
  • COMMEMORATION

    J'aime le 11 novembre.

    Cette journée a toujours eu pour moi une signification particulière.

    Ecolier, je me rendais aux commémorations avec les enseignants qui nous le proposaient. J'avais le sentiment avec mes camarades de classe d'être partie prenante de la société, d'y jouer un rôle reconnu par les adultes et pas n'importe lesquels : les « officiels », élus, anciens combattants, directeur d'école..

    Adolescent, c'est devant la télé que je passais le plus clair de cette journée fériée. Le farniente sur canapé se conjuguait toutefois avec les documentaires historiques sur la « grande guerre ». L'envie d'en savoir plus sur « la boucherie », « le bourrage de crâne », se mêlaient à la fascination devant le sacrifice inutile de milliers de jeunes hommes.

    N'est ce pas dans ces moments là que s'éveillèrent les sentiments d'injustice et de révolte devant l'inhumain ? La conscience du monde, sans doute, se construit au fil des expériences, comme une lente maturation, parfois répétitive.

    Avec les responsabilités politiques, la présence aux commémorations est un devoir. Mais ce n'est pas une charge ou une contrainte, car il m'apparaît la moindre des choses que notre société prenne la peine de se souvenir d'ou elle vient, des choix politiques qui à un moment donné ont amené à la catastrophe des peuples entiers. Elu, je suis heureux de saluer les anciens combattants, les responsables associatifs, les citoyens et les élus qui prennent place dans ce rituel du souvenir.

    Le 11 novembre participe aussi a rythmer l'année, comme d'autres rendez-vous immuables du calendrier, Noël, le 1er mai etc.. Mais il me semble qu'il y a une singularité très forte au 11 Novembre. Le sens profond de cette journée n'est-il pas de porter dans notre temps d'aujourd'hui un message de renaissance, un message d'espoir dans la vie et dans le « plus jamais ça » ?

    Aussi que les autorités de notre pays -la France- et de son ancien ennemi -l'Allemagne-, se retrouvent devant la tombe du soldat inconnu ne me choque nullement. Oui il est grand temps de faire de la culture de la paix, du dialogue entre les peuples la base des relations entre Etats.

    Commémorer la fin de la guerre de 14-18 reste, même après la disparition du dernier poilu, une exigence de portée universelle.

     

    Vincent BONY,

    Conseiller municipal

    de Rive de Gier

     

  • Ma Gare et moi..

    Réunion, hier au soir, d'une commission «  Eau, Assainissement, Grands Projets, Voirie, Propreté, Urbanisme » du Conseil Municipal, afin de préparer les grandes lignes du budget 2010. Après quelques péripéties (bouchon sur l'autoroute et porte de la mairie fermée à clef..) j'arrive dans la salle de réunion avec 35 minutes de retard. Le débat qui s'y déroule est en roue libre. Je comprends que l'essentiel est déjà passé, malgré un ordre du jour qui me semblait plutôt conséquent.. Aucun document même de travail ne semble avoir été remis aux participants (élus et responsables de services).

    La discussion, à bâtons rompus, se porte alors sur les difficultés à conserver propres et accueillantes les installations de la gare, ascenseur et passerelle notamment. Sans doute n'y-a-t-il pas de solution miracle. Après quelques considérations impuissantes sur l'éducation des gens, le manque de respect etc etc.. portés par certains intervenants, j'émet l'idée de travailler à remettre de la présence humaine dans un lieu très fréquenté. « Ne peut-on pas tester l'idée d'une activité de services, sur ce lieu de passage ? Kiosque à journaux, friandises, divers petits services dont on peut souhaiter la présence lorsque l'on s'apprête à voyager, que ce soit quotidiennement ou plus occasionnellement ? » Un garage à vélos doit bientôt être inauguré à proximité et des doutes, des craintes de possibles dégradations s'expriment. Et si justement une présence humaine rendant un service commercial mais aussi un service d'intérêt général voyait le jour, ne serait-ce pas un progrès pour tous les utilisateurs de la gare ? Les divers acteurs publics ( SNCF, Conseil régional, RFF, Saint Etienne Métropole, la ville..) ne devraient-ils pas alors considérer de leur responsabilité d'encourager à l'utilisation des transports en commun ? Et donc de faciliter l'implantation d'une telle activité ?

    L'idée, en tout cas, est maintenant lancée...

    Vincent BONY,

    Conseiller municipal

    de Rive de Gier