Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • SAMEDI 6 MARS RDV POUR LES DROITS DES FEMMES

    Cette rencontre pour les droits des femmes, pour la solidarité avec le peuple Palestinien et pour la paix au Proche Orient, a lieu le samedi 6 mars 2010 à partir de 16h30 salle du 1er étage* de la Ruche des Citoyens à Rive de Gier.

    Samedi 6 mars 2010, à l'occasion du centième anniversaire de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes, le Parti Communiste Français de Rive de Gier, en partenariat avec l'AFPJ (association des villes françaises jumelées avec des camps de réfugiés Palestiniens) accueille une délégation de femmes Palestiniennes.

    Cette rencontre a pour objectif de mieux comprendre les réalités sociales du peuple Palestinien, de soutenir les initiatives en faveur du respect des droits du peuple palestinien et d'agir pour une paix juste et durable au Proche Orient.

    Composition de la délégation :

    - Mme Mirvat ABOU KHALIL, représentante de l'AFPJ au Liban

    - Mme Fayza KHALIL AHMAD ALAMA, directrice de Crèche, fondatrice de l'association Les Tournesols pour la protection de l'Humain et de l'environnement. El Ram Cisjordanie

    - Mme Zahra KHASEM KHALIDI, directrice du programme éducatif de l'école Al Amal (L'espoir) en Cisjordanie

    - Mme Inas HAJJ, responsable de l'Union Progressiste des Femmes, directrice adjointe du centre de recherches Mada El-Carmel, centre arabe pour les études sociales appliquées en Israël.


    * Entrée Libre dans la limite des places disponibles

    Vincent BONY,

    Conseiller municipal

    de Rive de Gier

     

  • Message de René Merle

    COMMEMORATION DE LA DISPARITION DE GUILLAUME ROQUILLE

    MESSAGE DE RENE MERLE

     

    En ce jour de fête, laissez-moi souhaiter que demeure le souvenir de Roquille, fils du peuple, grand bourlingueur mais enraciné dans sa ville de travailleurs et dans leur langage, amoureux de la vie, ouvert aux "utopies" d'alors, républicaines et communistes cabétistes.

    Que ce souvenir enrichisse notre présent, qu'il nous aide à refuser la bêtise, l'injustice, et à réaliser, enfin, cette République démocratique et sociale dont rêvaient les Canuts de 1834, que défendit Roquille, et les insurgés ripagériens de 1849.

     

    Amitiés

    René Merle

     

    VOIR LA VIDEO DE L'HOMMAGE PRONONCE SUR LA TOMBE DE ROQUILLE

    LIRE LE TEXTE DE LA CONFERENCE DE CLAUDE LONGRE EN LIGNE SUR LE SITE NONTRA LINGUA

     

    Vincent BONY,

    Conseiller municipal

    de Rive de Gier

     

  • POUR RIV' MOMES !

    Alors que la situation semble s'embourber dans un règlement de comptes entre le maire et ses anciens adjoints responsables de la structure Riv'Mômes en grande difficulté, notre groupe Gauche Citoyenne et Ecologiste fait part ci dessous de son analyse et de ses propositions, pour avancer !


    Lors du conseil municipal du jeudi 28 janvier 2010, nos élu(e)s ont souligné l'importance vitale, pour notre ville et les nombreuses familles ripagériennes qui utilisent les services de Riv'Mômes, du maintien en activité de la structure et de la préservation de ses 82 emplois qualifiés. Force est de constater que les conditions socio-économiques actuelles, l'éloignement des lieux de travail du domicile imposent aux jeunes couples de trouver des solutions pour leurs enfants. Aujourd'hui, les deux autres structures ripagériennes n'ont pas la capacité d'absorber le nombre de places gérées par Riv'Mômes et nous disons avec force et conviction que le service qu'elle rend, s'il disparaît, aurait des conséquences terribles pour nombre de nos concitoyens.

    Nous avons avancé explicitement l'idée que soit réalisé un audit financier pour connaître la réalité et les causes du déficit, dégager les orientations budgétaires pour pérenniser Riv' Mômes. Nous avons également soumis la proposition au Maire que le conseil municipal , dans la totalité de ses composantes, exprime par écrit aux financeurs et au représentant de l'Etat la nécessité pour Rive de Gier de conserver ce service. Au moins pour éviter, dans le cadre de l'administration judiciaire, une fermeture qui est toujours une éventualité dans ce contexte.

    Nous avons eu le sentiment d'avoir été entendus mais pas écoutés car rien n'a été fait dans ce sens et pourtant la municipalité qui verse une subvention de fonctionnement à Riv' Mômes ( 48.000€) est garante de l'argent public! Particulièrement quand il s'agit de l'argent des ripagériens.

    Aujourd'hui nous nous inquiétons qu'à la situation de crise financière puisse s'ajouter un climat délétère de règlements de comptes comme peut y faire penser la surenchère de menaces de poursuite judiciaires de part et d'autre, comme la presse en fait état. D'autant qu'un document en notre possession ne peut qu'alimenter nos interrogations exprimées lors du conseil municipal du 28 janvier sur la rigueur de l'accompagnement de l'association par la ville.

    Nous formulons les propositions suivantes  pour avancer avec sang froid:


    - Nous souhaitons une déclaration exceptionnelle du Conseil municipal afin d'affirmer auprès de l'ensemble des « financeurs » le soutien de toute la ville de Rive de Gier au service historique d'accueil de la petite enfance à Rive de Gier.

    - Nous  souhaitons que soit mis en place un moratoire de la dette de l'association, sous l'autorité du représentant de l'Etat et d'un administrateur, permettant de maintenir l'activité de Riv' Mômes ,  de payer les salaires et de trouver, avec sérénité, la voie d'une poursuite pérenne.

    Cela sous-entend un rééchelonnement de la créance afin de ne pas agir dans l'extrême urgence afin le risque que cela comporte.

    - Nous souhaitons  que les parents soient associés à la gestion du dossier. Les familles ont accordé leur confiance à cette structure et à ses salariés. Aujourd'hui ces familles sont les oubliées du dossier dont elles ne sont informées que partiellement, augmentant d'autant leurs inquiétudes. Nous estimons que la municipalité a un devoir envers elles, devoir de vérité et de solidarité. Associer les parents à la construction d'une solution pérenne, c'est aussi activer la citoyenneté dans la vie locale et prévenir tout dérapage dans la vie associative. "

    Caroline Benoumelaz, Vincent Bony , Martine Cortinovis, Jean Point

    Vincent BONY,

    Conseiller municipal

    de Rive de Gier