Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • CANDIDAT LA PROCHAINE FOIS ?

    Il est de plus en plus fréquent que l’on me demande si je vais être candidat la « prochaine fois ». Selon l’interlocuteur, cette « prochaine fois » n’est pas toujours la même. Municipales, législatives, cantonales, c’est parfois un peu confus dans les esprits, les dates s’enchevêtrent et se télescopent, quand un scrutin n’est pas pris pour un autre.. Moi, pour faire le malin, je répond souvent « il n’y a que la présidentielle qui m’intéresse ! ». Mais je dois dire que je prend maintenant plus au sérieux cette question, car il me semble en réalité, qu’il y a derrière cette interpellation l’attente d’un changement, l’aspiration à tourner la page de ce présent si peu reluisant, le besoin de prendre un nouveau départ pour de la solidarité vraie, pour de l’innovation sociale et économique, pour avancer tout simplement.

    Alors, serai-je candidat la « prochaine fois » ? La prochaine « prochaine fois », c’est l’élection cantonale, qui aura lieu en mars 2011. Dans 9 mois. Il est donc temps, effectivement, de concevoir ce scrutin !

    Composé de dix communes, le canton de Rive de Gier élit historiquement un homme de droite –hormis lors de la triangulaire de 1978 opposant 2 ennemis irréductibles de la droite à André Gery, maire PCF de Rive de Gier qui avait alors profité de cette déchirure du camp d’en face. Pourtant la sociologie du canton a bougé ces dernières années et, en 2004, lors de la dernière élection cantonale, Jean Claude Charvin (UMP) avait du ramer fort entre les deux tours pour surnager et sauver son poste. Sur 10 222 suffrages exprimés seulement 524 voix avantageaient le maire de droite sur son challenger de gauche qui dans notre commune le menaçait à 16 voix près.

    La gauche ne doit plus nourrir de complexes pour cette élection. L’enjeu est majeur, puisque c’est ici que se jouera la bascule ou non de la majorité départementale ! Historiquement, le Conseil général de la Loire n’a jamais connu d’alternance politique. Est-ce vraiment bon pour la démocratie ? La question en débat sera aussi sans doute, celle des institutions locales, car la réforme sarkozyste des collectivités locales prévoit pour 2014 la fusion des conseils généraux et régionaux pour re-centraliser les prises de décisions dans les mains de quelques uns, plus éloignés des habitants, de leurs élus locaux et des responsables associatifs, des mains par ailleurs corsetées par les de nouvelles règles administratives, brimées par les restrictions budgétaires.

    Au contraire notre canton a besoin de libertés d’actions et d’initiatives, de développement de la solidarité. Les citoyens doivent pouvoir exprimer leur refus de cette régression sociale à laquelle malheureusement s’associe Jean Claude Charvin. Empêcher cette déstructuration de notre modèle républicain est possible. « Résister, c’est créer » nous ont appris ceux de la Résistance. Aussi ce scrutin doit être l’occasion de bâtir un projet alternatif à la politique de la droite, alternatif à cette logique folle du capitalisme qui broie les êtres humains ici comme ailleurs sur la planète.

    Parce que j’ai confiance dans sa capacité à travailler sur les dossiers,

    parce qu’il a naturellement le sens du contact humain,

    parce qu’il a une connaissance approfondie du canton,

    parce qu’il a su rassembler toute la gauche et au delà en 2004,

    parce qu’il est président de la Gauche citoyenne et écologiste au conseil municipal de Rive de Gier,

    pour ma part, vous l’aurez compris, je pense que le candidat le plus apte à unir les citoyens dans la clarté d’un projet de gauche pour notre canton, c’est Jean POINT.

     

    Vincent BONY

    Conseiller municipal

    de Rive de Gier

  • LA PALESTINE AU COEUR !

    Voici le voeu que j'ai présenté au nom des élus de gauche du Conseil municipal et qui a été adopté par une majorité moins six abstentions d'une partie de la droite ripagerienne. Je me réjouis que les différentes mobilisations citoyennes trouvent ainsi un premier prolongement institutionnel. Amplifions le mouvement pour la Paix et le respect des droits du peuple Palestinien !

    Vincent Bony
    Conseiller municipal
    de Rive de Gier

    Le Conseil Municipal de Rive de Gier réuni en séance mercredi 23 juin 2010 exprime, comme de nombreux ripageriens, son indignation devant l’assaut militaire israélien du lundi 31 mai 2010 à l’encontre de la flottille humanitaire à destination de Gaza, soldé par le décès de 9 personnes civiles, volontaires de la paix.

    Le Conseil Municipal de Rive de Gier condamne cette agression injustifiable et estime que


    - devant ce lourd bilan humain, l’exigence d’une enquête internationale dirigée par l’organisation des nations unies doit aboutir afin que toute la lumière soit faite sur ce drame.


    - les conditions de vie des familles palestiniennes de Gaza doivent être immédiatement soulagées par la levée du blocus qui asphyxie ce territoire et en empêche la reconstruction.


    - le gouvernement français et l’Union Européenne doivent agir pour contraindre le gouvernement israélien à négocier avec l’autorité Palestinienne la mise en œuvre des droits du peuple palestinien, dans le respect de la sécurité d’Israël et de la stabilité de la région. La libération des prisonniers politiques palestiniens dont le député Marwan Barghouti, figure charismatique du peuple palestinien s’inscrirait dans ce sens, de même que la libération du soldat israélien Gilad Shalit


    Le Conseil Municipal de Rive de Gier s’associe a la démarche de plusieurs parlementaires français de différents bords politiques sollicitant du Président de la République qu’il agisse en faveur de la libération de notre compatriote Salah Hamouri, franco-palestinien emprisonné depuis 1927 jours en Israël pour présomption d’appartenance à une organisation politique.


    Ce vœu sera transmis à M le Préfet pour transmission officielle au gouvernement.

  • C'EST FOOTU ?

    J’avais rêvé d’un banquet du monde cours Nelson Mandela, à Rive de Gier.

    Alors que les drapeaux de l’Italie, de l’Algérie, du Portugal de l’Espagne, de la France.. flottent aux fenêtres de quelques maisons dans la ville, j’aurai bien vu l’organisation d’une belle fête populaire et culturelle à l’occasion de cette animation mondiale qui se déroule dans la nation « Arc en Ciel ».

    Bon rien n’est prévu dans notre commune pour vibrer ensemble, partager des moments de joie, découvrir et se régaler de plaisirs venus d’ailleurs.. Dommage.

    Certes la tournure affligeante qu’infligent les bleus au mondial ne risque pas de susciter ici ce bel élan collectif connu à d’autres moments. C’est même catastrophique et cela suscite beaucoup d’interrogations, d’indignations..

    Pourtant le football est un jeu si simple, qui se joue avec un ballon sur un morceau de terrain plus ou moins plat, qu’il est devenu l’une des activités humaines les plus répandues sur la planète. Cette rencontre mondiale est donc une occasion de faire converger les citoyens de ce monde, à commencer par ceux de notre ville, pour valoriser la richesse de la création humaine et pour progresser dans la conscience du destin commun de l’humanité.

    Le respect des peuples passe par la connaissance réciproque de leur culture, y compris si la vuvuzela locale te tape les tympans !

    La catastrophique méprise des bleus totalement déconnectés de la formidable attente qui s’adresse à eux, ne peut pas s’expliquer que par la nullité du sélectionneur national. L’exemple ne vient-il pas de plus haut ? Quand tous les jours une nouvelle affaire touche un membre du gouvernement, quand le Président de la République en personne insulte un citoyen comme s’il n’était qu’un bagarreur de cour d’école, quand les détenteurs de capitaux jouissent dans la spéculation contre des peuples entiers, comment s’étonner que telle ou telle « vedette » pète les plombs et que tout un groupe s’affranchisse du respect du à ceux qui justifient leur existence sociale ? Je ne demande pas aux bleus d’être des anges. Je constate les dégâts considérables de la conception du sport business qui n’est que le prolongement d’un capitalisme débridé et a-moral.

    Je constate que dans notre ville, rien -de toute façon- n’était prévu pour se saisir de l’occasion du mondial pour en faire une fête citoyenne..

     

    Vincent Bony

    Conseiller municipal

    de Rive de Gier

  • RIVE DE GIER CONDAMNEE..!

    Le site internet Legal News a publié l'article reproduit ci dessous. Les ripagériens apprécieront la bonne entente entre le maire de Rive de Gier et ses collègues des communes environnantes. Il est bien triste d'entendre parler de notre commune à travers des arrêts du tribunal établissant la faute de la majorité municipale. Il est temps de travailler à un véritable plan de développement urbain à Rive de Gier.

    Vincent BONY

    Conseiller municipal

    de Rive de Gier



    Urbanisme : le lotissement de la discorde

    Une commune justifie d'un intérêt à agir contre l'autorisation de lotir délivrée par une commune voisine, dès lors que le terrain d'assiette du lotissement est limitrophe. Le 18 avril 2006, le maire de Rive-de-Gier (Loire) a délivré une autorisation de lotir à un promoteur. Sur recours du maire de la commune voisine de Saint-Joseph, cette autorisation a été annulée par le tribunal administratif de Lyon. Le maire de Rive-de-Gier a nié à celui de la commune voisine tout intérêt à agir dans cette affaire.

    Dans un arrêt rendu le 11 mai 2010, la cour administrative d'appel de Lyon relève que la commune de Saint-Joseph, qui est immédiatement limitrophe du projet, est directement concernée par cette implantation. Ainsi, elle a intérêt à agir à l'encontre de l'autorisation de lotir.


    Par ailleurs, les juges relèvent qu'en vertu du plan d'occupation des sols, les lotissements au moins 10 % de la superficie du terrain devaient être aménagée en espaces communs de détente. Or, l'autorisation litigieuse avait été accordée pour un projet dont moins 3 % de la superficie totale était aménagé de la sorte.


    Enfin, le promoteur soutenait que le maire de Rive-de-Gier pouvait admettre implicitement une adaptation mineure à son POS. La cour administrative d'appel retient à cet égard que le promoteur n'établissait pas qu'une adaptation aurait été nécessaire au sens de l'article L. 123-1 du code de l'urbanisme. Elle considère qu'une adaptation mineure au POS ne saurait, en tout état de cause, être implicitement accordée.

    Auteur : Pascale Breton

     

  • SAMEDI 12 ON FAIT LA FETE !

    J'ai le grand plaisir de vous inviter à venir fêter le retour des beaux jours, à l'occasion de notre désormais traditionnelle « fête citoyenne », samedi prochain, à Fournary..

    Merci à tous les amis qui aident depuis quelque temps à préparer cette fête qui est placée sous le signe de l'Afrique du Sud et de son véritable héros : Nelson Mandela !

    Voici le programme :

    14h30 : concours de pétanque

    15h30 : jeux pour enfants dans le parc

    17h30 : Nelson MANDELA

    Débat animé par Mme Lydia Samarbakhsh, historienne de l'Afrique du Sud

    Peintures / Exposition retraçant le combat contre l'apartheid / Témoignages...

    19h30 : apéritif des élus communistes et repas fraternel: paella/fromage/dessert: 15€, moins de 12 ans : 8€ s'inscrire au 06 79 05 15 34 ou pcf.rdg@free.fr

    20h30 : CONCERTS  ROCK'

    1ere partie avec des jeunes musiciens de Rive de Gier

    Groupe  « TOUR D'CHAUFF »

     

    Vincent BONY

    conseiller municipal

    de Rive de Gier

     

  • 14 519, et moi et moi et moi..

    L'évolution de population entre les deux recensements est faible, mais marque un arrêt de la baisse enregistrée sur les périodes précédentes. Entre 1999 et le 1er janvier 2007 (derniers chiffres officiels) le nombre de ripagériens a augmenté de 136 habitants pour s'établir à 14 519.

    Cette légère hausse de population est uniquement due à une solde naturel (différence entre les naissances et les décès) positif. Ce qui n'est pas le cas du solde migratoire (différence entre les arrivants et les partants de la commune), il y a toujours plus de personnes qui quittent Rive de Gier que de nouveaux habitants.

    Les échanges migratoires se font essentiellement avec d'autres territoires de la région Rhône-Alpes. Loin de l'idée qui circule depuis plusieurs années, c'est avec le reste du département de la Loire que les échanges sont les plus nombreux, ceux avec le département du Rhône arrivent en seconde position mais sont nettement moins importants. C'est avec Saint-Chamond que les échanges sont les plus forts, cette commune est la première destination pour les ripagériens, c'est aussi de cette commune que provient le plus de nouveaux habitants. Les échanges avec les villages du canton sont nettement défavorables pour Rive de Gier.

    Une première explication peut provenir du parc de logements de la commune. C'est un habitat plutôt anciens qui se renouvelle peu, l'évolution du nombre de logements de la commune entre 1999 et 2006 est presque nulle avec +0,4%. En comparaison cette évolution sur la même période est de + 5% pour l'ensemble du département de la Loire qui n'est pas spécialement très dynamique dans ce domaine. En 2004, environ 80% des habitations de la communes avaient plus de 30 ans.

     


    Vincent BONY

    conseiller municipal

    de Rive de Gier