Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • STOP AUX NUISANCES DE L'A47 !

    Face à l’immobilisme des pouvoirs en place, j’engage une action pour que soient réduites les nuisances que génère l’actuelle autoroute A47.

    Pollution sonore avec le niveau de trafic et de vitesse actuelle. Les enquêtes menées sous l’égide de Saint Etienne Métropole indiquent un dépassement des seuils autorisés de nuisances sonores.

    Pollution atmosphérique avec la quantité de CO2 et de particules fines qui se propagent au-dessus des têtes des ripagériens, dont certains sont très exposés. La qualité de l’air mesurée par l’Ampasel est plus dégradée à Rive de Gier que dans d’autres communes de la Loire. L’actuelle stabilité météorologique renforce ces nuisances. Le nombre de jours ou le dépassement des seuils est autorisé est outrepassé, et vaut à la France des sanctions européennes.

    DSC04466.JPG

    Il est temps d’agir.

    Plutôt que de se perdre en conjectures sur l’hypothétique A 45, il est urgent de protéger les Ripagériens et l’ensemble des riverains des pollutions générées par l’actuelle A 47.

    Aussi je formule deux propositions simples, peu couteuses et efficaces.

    -Je souhaite que la vitesse soit limitée à 90KM/h dans la traversée urbaine de la vallée (de la Madeleine à La Grand-Croix). Cette réduction entrainera automatiquement une réduction du bruit et du rejet des gaz d’échappement. Cela contribuera à sécuriser ce tronçon autoroutier difficile. Cette mesure est temporairement mise en place en raison du pic de pollution, ce qui démontre sa faisabilité.

    -Je souhaite qu’une étude de santé publique fine, ciblée sur les nuisances sonores et atmosphériques soit réalisée le long de l’autoroute. Prenant appui sur l’étude généraliste menée pour le compte de Saint Etienne Métropole sur les vallées du Gier et de l’Ondaine (Diagnostic local de santé, novembre 2010), cette étude pourrait être commandée à l’Observatoire Régional de la Santé en lien avec les professionnels de santé de la commune. L’ORS indique dans son diagnostic local, qu’en 2007 dans le Gier, le taux de recours à l'hospitalisation était le plus élevé dans le Gier que dans les autres territoires étudiés et que dans la Loire et en Rhône-Alpes. Une telle étude serait de nature à apporter un éclairage neuf et à déterminer toutes les actions correctives nécessaires.

    Il appartient à Mme la Préfète de décider de la réduction de la vitesse, aux maires des communes dont celle de Rive de Gier en 1er chef et à M le Président de Saint Etienne Métropole de décider d’engager une étude de santé publique. Je m’adresse à chacun de ces responsables en ce sens.

    Mais c’est bien la mobilisation des habitants qui peut être décisive. Je les invite écrire également aux autorités compétentes soit directement, soit par le biais de la pétition que je mets à leur disposition.

    Vincent BONY

    conseiller municipal de Rive de Gier

  • CHANGEONS DE RIVE..

    Les réunions de quartiers organisées chaque fin d’année par la municipalité battent leur peu de plein.

    Les deux premières qui se sont tenues ont accueilli 22 et 27 personnes, pour des quartiers de taille importante. Elles ont pour l’essentiel donné lieu à une présentation avantageuse de la politique municipale, assurée par le maire lui-même et à une énumération de problèmes individuels, parfois douloureux, comme ceux liés à la délinquance installée en centre-ville. Ces réunions permettent à des questions concrètes de la vie quotidienne d’être posées sur la table du maire. Mais comme l’a dit une intervenante jeudi soir: « M. le maire, je vais vous poser la même question que les années précédentes, car vous ne l’avez toujours pas résolue ».. à propos d’une poubelle mal placée et gênant la circulation..

    Il est vraiment dommage que ces rencontres ne débouchent jamais sur rien, si ce n’est –certes- sur un verre d’apéritif.. Au vu de la conception de ces rencontres, c’est à n’en pas douter l’objectif du maire: faire de la présence, amortir les critiques et conforter ses interlocuteurs dans ce qu’ils pensent, y compris dans des propos ou ne fleure pas franchement l’amitié entre les peuples.. et entre les voisins.

    Pour pouvoir intervenir dans les choix d’aménagement de leur quartier, de leur ville, les ripagériens n’ont eu d’autres solutions que de se mobiliser, à l’exemple du quartier du Mouillon.

    IMG_2896.JPGLa critique étant aisée, je me suis interrogé comme je le fais à chaque fois, sur ce que nous ferions si nous étions – nous la gauche – en charge des destinées de la commune.

    Je vous livre deux réflexions à ce propos.

    - La première concerne directement l’approfondissement de la démocratie participative.

    Ce que nous changerons serait de travailler à l’émergence d’une démocratie participative qui s’occupe du quotidien mais qui le projette aussi sur un devenir commun, sur une appropriation citoyenne de la ville.

     
    Un exemple ? La rue Roquille semble clairement squattée de divers trafics. Pourtant lors des initiatives pour commémorer l’œuvre de notre poète, une autre atmosphère s’était installée avec la construction de deux initiatives lors des journées du patrimoine et le 8 décembre. Bien sur c’était de l’évènementiel. Mais des liens plus forts avaient été noués entre les commerçants, des acteurs culturels, des passionnés d’histoire de la ville. Je n’ai aucun état d’âme sur la nécessité d’une répression des faits de délinquance, sur le besoin d’une police nationale suffisamment forte. Mais ne pas laisser chacun seul face aux problèmes de délinquance est une nécessité et devrait être la priorité de la municipalité dont c’est la fonction que de faire tenir la ville ensemble. Ensuite en permettant aux gens de prendre confiance dans leurs actions communes, on peut déboucher sur d’autres initiatives, plus régulières, moins évènementielles, mais qui permettent une appropriation collective, sociale de la rue. Pédibus pour aller 4 fois par jour à l’école et en revenir, traitement du bâti, valorisation des compétences des habitants, émergence de système d’échanges solidaires..

     

    - La seconde réflexion concerne la méthode la plus efficace pour construire le changement de perspective dans notre commune. Je ne me résous toujours pas à l’état actuel de division de la gauche ripagérienne. Cette division est l’assurance-vie de la droite municipale. C’est la clef essentielle du maintien en place de cette droite qui ne s’assume pas mais qui fait mal aux ripagériens et traite avec désinvolture voir arrogance leurs aspirations. Aussi le chantier de l’union de toutes les forces de gauche et de l’écologie est-il à mes yeux prioritaire.

    J’ai de nouveau, un an après un premier courrier, pris ma plume électronique pour m’adresser en ces termes à mes collègues des deux groupes de gauche, ainsi qu’aux responsables locaux du PS et du PCF.

    « L’annonce dans la presse locale du processus d’union de l’opposition de la droite dans la commune voisine de Saint Chamond me pousse à renouveler fraternellement mon appel au rassemblement de nos sensibilités au sein de l’opposition ripagérienne.

    Alors que nos camarades de Saint Chamond pourraient être mis en danger par l’union plus ou moins totale des forces de droite de cette commune, comment pourrait-il être compris par les ripagériens que nos deux groupes d’opposition clairement à gauche n’oeuvrent pas résolument à dessiner un avenir marqué par nos valeurs de progrès dans notre ville ?

    La destruction de services publics locaux, la réduction de dotations aux associations, les nouvelles réductions du budget du CCAS qui se profilent pour 2012 traduisent fidèlement a Rive de Gier l esprit  de la politique de la droite nationale.
    Je veux être franc. Au moment ou je m’engage comme candidat aux législatives au nom du front de gauche, je n’esquive pas le débat qui existe entre les différentes formations politiques de gauche et écologiste à propos du contenu d’une politique nationale ou européenne. Je pense qu’au plan local également chaque sensibilité a quelque chose de propre à apporter, et des nuances sans doute à être arbitrées. Mais il me semble plus qu’évident qu’une élection municipale impose dès le 1er tour le plus large rassemblement possible.
    Cette semaine encore, j’ai été sollicité par des responsables associatifs sur cet enjeu. Je le ressens fortement, une attente s’exprime d’une alternative crédible à notre endroit.

    Pour ma part je suis prêt et disponible pour engager sérieusement ce travail de rassemblement de nos sensibilités au sein d’un nouveau groupe d’opposition de toute la gauche ripagérienne, dans le respect de nos différences et de nos engagements respectifs.
    Je comprends aussi que ce débat puisse passer par des réflexions et décisions de nos organisations respectives. Je souhaite cependant que le temps ne passe pas comme si de rien n’était pour se retrouver à quelques encablures des élections municipales 2014. Il n’est jamais trop tôt pour crédibiliser une alternative de gauche. »

    J’ai bon espoir que cette fois-ci, nous avancions enfin. Rive gauche !

     

    Vincent BONY

    Conseiller municipal

    de Rive de Gier

  • BELLE VICTOIRE DE LA SOLIDARITE !

    Ce matin, Marie Motto-Ros, pilier du Réseau Education Sans Frontières sur la vallée du Gier, nous a appris la bonne nouvelle: la famille Hablaev et ses trois enfants scolarisés à Rive de Gier vient d’être rétablie dans ses droits. L’audience auprès de la cour nationale du droit d’asile (CNDA) a été fructueuse. Leur dossier a enfin pu être étudié sérieusement. Les graves atteintes à leur intégrité dont ils ont été victimes dans leur pays d’origine ont été prises en compte et leur droit à l’asile reconnu. M Hablaev va pouvoir travailler, et toute la famille ne plus être suspendue à la peur d’une expulsion, à la précarité de quelques subsides bien maigres. L’avenir s’éclaire pour ce foyer si attachant. C’est aussi une belle victoire de la solidarité, un encouragement à toutes celles et ceux qui les ont accompagné. Je pense aux parents d’élèves des écoles Chipier et Prugnat, aux enseignants, aux différentes organisations ( RESF, FCPE, Secours Catholique, Secours Populaire, Démarche Citoyenne, PS, PCF, CGT, CNL..).

    Le Progres du 20 10 2011.JPGMarie Motto-Ros, dans son « mail » ce matin, rappelle avec raison « l’ampleur de la collecte du mois d'octobre [nécessaire au voyage à Paris pour plaider leur dossier devant la CNDA]. Ce mouvement de solidarité, exemplaire à mon sens – dit-elle- par son ampleur et sa "diversité", a sans doute beaucoup aidé la famille à défendre son cas dans de bonnes conditions. »

    On pourra en contre-point à ce propos, relire le papier que j’avais publié en mai dernier à propos du vœu que les élus de gauche avaient fait adopter au conseil municipal...de Rive de Gier.

    Bien sur, nombre de difficultés subsistent pour trop de familles ripagériennes quelles que soient leurs origines. Mais ce matin, j’ai le cœur tout de même un peu plus léger, et une confiance confortée dans l’action collective !

     

    Vincent BONY

    Conseiller municipal

    de Rive de Gier

  • J'AI ACCEPTE..

    A l'approche des échèances de 2012, je vous invite à faire la connaissance de mon nouveau blog, dont je vous indique le lien en conclusion de ce papier. Quant à ce blog, débuté en janvier 2009 et consacré à notre commune de Rive de Gier, il va se poursuivre. Je reste et resterai pleinement conseiller municipal, au service de notre ville à laquelle je suis tant attaché..

    Si j'ai ouvert un nouveau blog, c'est pour y parler plus spécifiquement de la campagne électorale qui s'annonce. J'ai en effet accepté d'être présenté par les responables du Front de Gauche pour devenir Député de la 3 éme circonscription de la Loire, lors des scrutins législatifs des 10 et 17 juin prochains.

    C'est avec baucoup d'humilité mais aussi de détermination que j'engage ce parcours. Je vous invite à découvrir ce nouvel engagement à l'adresse suivante: http://vincentbony2012.hautetfort.com/

    @ très vite !

    Vincent BONY

    conseiller municipal de Rive de Gier