Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • QUAND CHARVIN PORTE PLAINTE CONTRE LUI-MEME!

    Gauche Citoyenne et Ecologiste                                                           Rive de Gier le 27 février 2012.

    En dénonçant le contrat entre la ville de Rive de Gier et la banque Natixis, Jean Claude Charvin porte plainte contre lui même.

    Rappel des faits: en 2007 le maire signe un emprunt toxique base sur la parité euro franc suisse. Dans les préconisations du cabinet conseil financier qui vend ce contrat au maire, que lit-on? En cas de disparité du taux de change, la banque centrale suisse devrait intervenir pour rétablir une relation équilibrée. Aucune garantie, aucune  disposition réglementaire n'assure au moment de la signature de cet emprunt- voyou à la ville de Rive de Gier qu'elle serait protégée. L’Etat suisse n’a pas prévu de voler au secours de notre cité.

    Cependant  tout emprunteur,  qui obtient  un prêt à partir d’une monnaie étrangère (hors €) et qui rembourse ce prêt en €,  sait qu’il est soumis  à des taux de change. A fortiori quand cet emprunteur est Maire d’une ville moyenne, qu’il a été durant de longues années Vice Président du Conseil Général de la Loire en charge des affaires économiques.

    La question est pourquoi l’emprunteur (le Maire et sa majorité)  ne s’est –il pas inquiété des modalités de ce contrat ?  La perspective de payer jusqu’à 930.000€ d’intérêts annuels pour un emprunt de 2.4M€ laisse pantois. De même que, l’impossibilité  de dénoncer ce contrat car les  pénalités pharaoniques  exigées sur le contrat  ne permettent pas d’y mettre fin.

    Pourquoi le conseil municipal n’a –t-il pas été informé de ces deux  dispositions qui en disent long sur le jeu de dupes imposé par Natixis ?

    La question des emprunts toxiques a été officiellement soulevée par le Groupe Gauche Citoyenne et Ecologiste le 23 juin 2010 lors du vote du compte administratif 2009 et  c’est à partir de notre travail et sur notre interrogation que  les services de la Ville ont confirmé que la barrière du maintien du taux venait de se désactiver du fait du changement de  parité monétaire. C'est-à-dire que la mise en place de frais financiers supplémentaires était à l’époque contractuellement ouverte par les banques pour notre commune.

    Pourquoi le conseil municipal n’a-t-il- pas été informé comme il se devait  d’autant que la majorité utilise un cabinet conseil pour réaliser une gestion .. active de la dette de la ville de Rive de Gier !

     Le dossier que tout ripagérien peut demander à consulter en mairie est très explicite. Jean Claude Charvin a  signé un contrat engageant notre ville sans comprendre ce qu'il signait, tout en promettant aux élections suivantes qu’il ferait baisser l'endettement. Jamais le Conseil Municipal n’a eu à l époque connaissance du contenu exact de ces propositions.

    Aujourd'hui le maire de Rive de Gier porte plainte et avoue sa faute. Mais malgré cela les Ripagériens vont payer la facture: les sommes folles qui sont exigibles par Natixis si elles ne leur seront pas versées immédiatement, seront gelées, mises en réserve, tandis que pour boucler son budget 2012 la commune supprime des emplois, augmente les tarifs, diminue le service public local.

    Groupe Gauche Citoyenne et Ecologiste    

    Jean Point Caroline Benoumelaz Vincent Bony Martine Cortinovis

  • RENDEZ-VOUS HISTORIQUE

    Je vous invite à participer à cet après-midi proposé par l'Association Ripagérienne de Recherches Historiques.

    Michèle Destour, l'intervenante, a fourni un gros travail de mise à jour des connaissances que nous pouvons avoir sur cette période. J'ai hate de l'entendre nous parler des résistants qui à rive de gier ont contribué à la libération de notre ville et de notre pays.

    A samedi, 15 h !

    arrh 10 03 2012 15h.jpg