Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • BUDGET 2013 DU CCAS: J'AI VOTE CONTRE.

    Un budget 2013 extrêmement contraint ou le seul fait notable réside dans le développement de l'activité en direction de certains publics âgés et une diminution de l'aide dits des "secours d'urgence". 4000 € d'un côté en plus, 4 010 € en moins de l'autre.

    IMG_4037[1].JPG

    Le 8 décembre les smilitant-e-s du PCF organisaient une vente de vin chaudet marrons grillés au profit du Secours Populaire, l'une des associations caritatives de notre commune.


    Mardi 29 janvier, le Conseil d'Administration du CCAS a adopté le budget 2013. Rappelons que le maire de Rive de Gier préside le Centre Communal d'Action Sociale. C'est sous sa responsabilité que ce budget qui a diminué en 2011 et 2012, ne progresse que de 1,53%, soit à peine le taux de l'inflation prévue pour l'année qui s'ouvre. Les ressources du CCAS sont pour l'essentiel issues des subventions de la commune et du Conseil General. La subvention 2013 de la Ville de Rive de Gier demeure identique à celle de 2012à 450 000€. En prenant en compte l'inflation à hauteur de 1,5% le manque à gagner est de 6 750 €. Idem pour le Conseil Général dont la subvention 2013 demeure identique à 2012 à hauteur de 54 000€, soit 810€ de manque à gagner. Or cette subvention correspond à la prise en charge des couts de la Maison de l'Insertion de compétence départementale mais gérée par le CCAS. En 2013 les couts de gestion de la Maison de l'Insertion ne diminuent pas. Ils augmentent de 2 450€. Il y a là un glissement au détriment de notre commune qui assume des frais relevant du département.

    Le budget du CCAS abrite techniquement les finances du Dispositif Réussite Éducative financé par une importante subvention de l'Etat (en fait l'Agence pour la Cohésion Sociale et l'Egalite, ACSE). 97 250€ sont prévus en dépenses pour 96 000€ en recettes d'Etat.

    Le poste en direction des personnes âgées est celui qui évolue le plus. + 22 000€ en dépenses, mais aussi +17 990€ en recettes. C'est la traduction budgétaire des voyages organisés par la municipalité Charvin. La différence de 4010 € de dépenses supplémentaires sont à rapprocher des 4010€ supprimés à la ligne des dépenses  intitulée " secours d'urgence: aides vitales, bons alimentaires, aides transports..".

    Il est frappant de constater que ce poste diminue en 2013 alors que toutes les associations caritatives de la commune racontent la hausse continuelle du nombre de familles ou de personnes isolées sollicitant l'entraide solidaire.

    Les frais de personnel, hors DRE, diminuent de 7 000€ entre 2012 et 2013. C'est la deuxième année consécutive. Le renouvellement des générations explique que le niveau de rémunération  global puisse baisser: un jeune agent ayant à parcourir l'échelle du traitement indiciaire sur 30 ans de carrière, pour retrouver le niveau de rémunération d'un agent partant à la retraite. Mais n'aurait-on pas pu utiliser la marge budgétaire dégagée pour amplifier le travail social? Par exemple pour réaliser enfin l'Analyse des Besoins Sociaux, obligation légale annuelle et non réalisée depuis 1996 à Rive de Gier. Par exemple pour développer un travail de promotion des droits des femmes. Par exemple pour œuvrer dans le domaine de la santé mentale. Par exemple pour revenir au niveau 2010 des montants d'aide à la mobilité des seniors : le montant des bons taxis seniors ont baissé de moins 90€ par couple.

    Bref autant de pistes de développement de l'action sociale que j'avais défendu à la précédente réunion, lors du Débat d'Orientations Budgétaires.

    Malgré la qualité du travail des personnels du CCAS, notre ville ne se donne pas les moyens de faire face à l'accroissement des inégalités. La crise ? Quelle crise ?

     

    Vincent BONY

    Conseiller municipal de Rive de Gier.

  • LA NOUVELLE PAGE..

    public voeux 2013.jpg

    Ce fut une chaleureuse soirée ! Jeudi 17 janvier, la traditionnelle cérémonie des vœux de notre groupe de conseillers municipaux s’est tenue à la Ruche des Citoyens. Quelques 120 personnes y ont pris part et la chaleur humaine qui s’y dégageait contrastait avec le froid hivernal à l’extérieur. Soirée empreinte d’émotion aussi avec l’intervention de Jean Point qui a rendue publique une décision mûrement réfléchie ces derniers mois. Nous en avions longuement parlé ensemble depuis cet été et sa décision était prise depuis quelque temps. Une étape a donc été franchie en ce début d’année 2013. Jean va continuer son engagement municipal dans le prochain mandat, mais sans être le tête de liste qu’il a été ces dernières années. En quelque sorte, il me passe le témoin. Je vous invite à prendre connaissance de l’ensemble de nos interventions. Martine, Caroline, Jean et moi-même remercions l’ensemble des participants et des personnes qui ont tenues à se faire excuser. Ce fut une belle soirée qui va compter dans la construction de la nouvelle majorité dont Rive de Gier a besoin !

    Bonne lecture.

    Vincent BONY

    Conseiller municipal de Rive de Gier

    Lire la suite

  • DESAVEU ET... VOEUX !

    La cérémonie des vœux 2013 de la municipalité s’est tenue mercredi 9 janvier à la salle des fêtes.

    Le premier constat qui s’impose est celui d’une baisse continuelle du nombre de Ripagériens répondant à l’invitation des élus en place. C’est pourtant une initiative sympathique ou le maire ne fait pas trop long dans son discours et ou le buffet est plutôt agréablement fourni.. Faut-il interpréter cette  baisse de fréquentation de la traditionnelle grande messe du « tout Rive de Gier »  comme un désaveu populaire à l’endroit de JC Charvin ? En tout cas j’ai été frappé par cette réelle désaffection et par le non renouvellement d’une assistance s’effilochant. J’ai également été surpris de la faible mobilisation de « l’équipe » du maire. Il ne manquait pas moins de 10 conseillers municipaux ou adjoints sur les 26 de la majorité de droite au moment du discours du maire. Alors que nous étions six sur sept élus de l’opposition.

    Les vœux d’une municipalité sont bien évidement l’occasion de rassembler et  d’échanger  avec les responsables de la vie locale. Pour tout maire, c’est le moment fort de l’année ou il se doit d’exprimer quelques grandes lignes de l’action qu’il entend conduire. Mais avec la mise en panne du vaisseau « mairie », JC Charvin n’avait hier au soir, rien à dire sur la question. Comme le débat d’orientations budgétaires pour 2013 l’a montré fin décembre, la municipalité Charvin n’a en effet rien à proposer en cette nouvelle année. Du coup, le maire a carrément revendiqué l’impasse. « Ce n’est pas le lieu » osera-t-il. A comparer avec les 1h30 de discours du maire de Lorette sur les projets de la municipalité voisine, il y avait pourtant de la marge..

     

    Alors qu’a dit le maire de Rive de Gier que ne sont pas venus écouter les habitants ?

    Aplatissant d’un revers de la main l’expression des Ripagériens lors des élections de 2012, il a d’abord rangé cela au rayon des rituels sans signification politique. Aucun enseignement politique donc ne serait à tirer de l’expression républicaine des ripagériens.

    Ni la volonté majoritaire de changement avec une gauche à plus de 60% dans la ville, ni le score plus élevé que la moyenne ici de l’extrême droite ? Il est vrai que cela l’aurait amené à faire mention de son échec aux législatives ou il a été battu par deux candidats de gauche dans sa commune, finissant même quatrième du scrutin du 10 juin 2012 !

    On comprend mieux pourquoi il lui fallait au préalable désamorcer, démagnétiser ce fait politique majeur.

    Puis, moins à l’aise que d’habitude dans l’expression orale,  il a égrené à satiété le refrain de la « proximité ».  Proximité dont il serait l’incarnation vivante ainsi que le défenseur de l’existence de la commune, dans un monde ou si on communique d’un bout du monde à l’autre, on ne prête pas suffisamment attention à son voisin, à son interlocuteur immédiat. Bla-bla-bla..

    C’est vrai qu’en terme de proximité de l’action municipale, les commerçants par exemple  auront pu apprécier récemment la gestion de la taxe sur la publicité extérieure,  ou encore la fameuse CFE que le Vice-Président de Saint Etienne Métropole Jean Claude Charvin  a voté, mais dont le maire de Rive de Gier a dénoncé comme une faute commise par Saint Etienne Métropole..

    La proximité auto-proclammée du maire, chaque ripagérien peut en juger dans les actes. Celui que d’aucun ont surnommé « oui-oui » à force de s’entendre répondre à leur préoccupation « oui-oui, je m’en occupe » sans que rien ne se passe, chercherait-il à se replier sur le terrain dépolitisé de la « proximité », telle la nouvelle pierre philosophale de l’action publique ?

    On aurait pu le penser à s’en tenant au discours officiel hier au soir. Mais en lisant la presse le lendemain, on apprenait que Jean Claude Charvin prépare 2014 en revenant à ses fondamentaux.

    Justifiant son éventuelle nouvelle candidature aux municipales de l’an prochain par l’absence d’un successeur qu’il n’a toujours pas trouvé après trois mandats, Jean Claude Charvin se lâche : «  il serait inacceptable pour moi de laisser Rive de Gier aux mains du Parti Communiste ». En attendant la ville est aux mains des banquiers que notre «  berger municipal » a fait entrer dans la bergerie !

     

    Il est grand temps que les Ripagériens se donnent le droit de réinventer leur ville.

    Mon vœu pour 2013 ?  Que toute la gauche locale se mette d’accord, comme c’est possible suite au travail engagé entre les deux groupes de gauche, et que nous soyons ensemble avec les Ripagériens et les Ripagériennes sur la construction d’un projet ambitieux et collectif.

     

    invit voeu 2013 VB.png

    Oui, Rive de Gier, c’est notre avenir commun !

     

    Vincent BONY

    Conseiller municipal de Rive de Gier