Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • HOMMAGE à J JAURES

    Parce qu’il est venu à Rive de Gier soutenir les luttes des métallurgistes (1893 Marrel) et des verriers (1894 Richarme)

    Parce qu’il a été de tous les combats pour l’émancipation  humaine

    Parce qu’il a été assassiné en raison de son opposition courageuse au déclenchement de la guerre

    Parce que son message reste terriblement d’actualité,

     

    Vincent Bony, Eliane Masson, Gilbert Abras, Caroline Benoumelaz, Jean Point, conseillers municipaux de La Gauche Ripagérienne, vous invitent à lui rendre hommage à l’occasion du 100éme anniversaire de sa disparition.

     

    HOMMAGE à JEAN JAURES

    Jeudi 31 juillet à 12h

    angle des rues Rochefolle et J Jaurès.

     

    Jean_Jaurès 25 mai 1913.png

    Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?

     

    Le 31 juillet 1914, Jean Jaurès était assassiné en plein Paris, par un nationaliste fanatique pour faire taire la voie pacifiste du Député du Tarn.

    Jaurès était le « dernier obstacle » au déclenchement de la guerre à laquelle il s’est opposé de toutes ses forces. Il est la première victime française d’un conflit qui en fit des millions et plongea le monde dans l’horreur.

    La population de Rive de Gier, comme toutes les communes de France, paya un lourd tribut au massacre. 352 Ripagériens sont morts dans le conflit.

     

    Jean Jaurès, né en 1859, est issu de la petite bourgeoisie. Très brillant élève, il se tourne vers le journalisme et prend la défense des travailleurs. Il fonde le journal L’Humanité en 1904, où il écrit notamment  « Le titre même de ce journal, en son ampleur, marque exactement ce que notre parti se propose » analysant lucidement que « L'humanité n'existe point encore ou elle existe à peine.»

    Jaurès contribue à réunir tous ceux qui se battent pour un avenir meilleur, et crée avec Jules Guesde en avril 1905, la Section Française de l’Internationale Ouvrière. Il devient un porte-parole proche des travailleurs : à l’Assemblée comme dans les luttes, il fait entendre la voix des ouvriers, des mineurs, des verriers, des tisserands, des métallurgistes et se rend disponible partout où l’on appelle. Il défend le capitaine Dreyfus injustement trainé en prison -parce que juif- par l’armée.

     « La grande paix humaine est possible » J.JAURES

    Il participe à l’instauration de la laïcité et agit jusqu’à son dernier souffle pour empêcher le cataclysme de la 1ere guerre mondiale dont il avait en visionnaire, pressenti l’ampleur industrielle du massacre.

    Pour Jaurès il ne peut y avoir de République que sociale, il ne peut y avoir d’humanité que fraternelle.